Mark Zuckerberg sort de sa réserve pour critiquer la politique d’immigration de...

Mark Zuckerberg sort de sa réserve pour critiquer la politique d’immigration de Donald Trump

652
0
PARTAGER

 

Le patron de Faceboo

Le patron de Facebook a ouvertement critiqué les récentes décisions du président américain sur l’immigration. Sheryl Sandberg, numéro deux de Facebook, a quant à elle exprimé son désaccord sur la question de l’avortement.

Le patron de Facebook, Mark Zuckerberg, s’en est pris, dans un message publié sur sa plate-forme, à la politique d’immigration de Donald Trump.

« Mes arrière-grands-parents sont venus d’Allemagne, d’Autriche et de Pologne. Les parents de [mon épouse] Priscilla étaient des réfugiés venant de Chine et du Vietnam. Les Etats-Unis sont une nation d’immigrants, et nous devrions en être fiers. » Vendredi 27 janvier, le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, a publié un message sur le réseau social pour critiquer les récentes décisions de Donald Trump concernant l’immigration.

 

Un fait rare : Mark Zuckerberg avait pris soin, jusqu’ici, de ne pas afficher trop ouvertement ses opinions politiques – malgré des soupçons d’ambitions électorales, qu’il a démentis – et s’était abstenu de soutenir un candidat pendant la campagne présidentielle américaine. Il avait toutefois laissé entendre, dans un discours en avril dernier, son aversion pour certaines idées de Donald Trump, sans pour autant le nommer : « J’entends les voix apeurées qui nous appellent à construire des murs. Plutôt que des murs, nous voulons aider les gens à construire des ponts. »

 

Depuis, Donald Trump l’a emporté, et a durci dès ses premiers jours de mandat la politique d’immigration pour « protéger la nation contre l’entrée de terroristes étrangers », rapporte un décret publié vendredi soir. Il interdit notamment l’arrivée de ressortissants de sept pays musulmans pendant trois mois : Irak, Iran, Libye, Somalie, Soudan, Syrie et Yémen. Deux jours plus tôt, il avait signé un autre décret ordonnant la construction d’un mur à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique.

 

« Comme beaucoup d’entre vous, je suis inquiet de l’impact des récents décrets signés par le président Trump », explique Mark Zuckerberg, avant de développer :

 

« Nous devons faire en sorte que ce pays reste en sécurité, mais pour y parvenir, nous devrions nous concentrer sur les personnes qui représentent vraiment une menace. Etendre l’attention des forces de l’ordre au-delà des personnes qui représentent de vraies menaces va nuire à la sécurité des Américains, en dispersant les ressources, tandis que des millions de sans-papiers qui ne représentent aucune menace vivront dans la peur d’être expulsés. »

 

Les poids lourds américains inquiets

 

Comme beaucoup d’employeurs de la Silicon Valley, M. Zuckerberg plaide depuis longtemps pour un assouplissement des règles d’immigration aux Etats-Unis. Notamment parce que ces entreprises recrutent beaucoup de personnes étrangères et que les lois américaines compliquent leur arrivée.

 

Le patron de Facebook n’est d’ailleurs pas le seul à s’être montré inquiet après le décret signé vendredi par le nouveau président américain. Dans une note interne qu’a pu consulter le Wall Street Journal, Sundar Pichai, qui dirige Google, a expliqué que ce décret pouvait affecter 187 salariés de l’entreprise. « Nous sommes inquiets de l’impact de ce décret et de toutes les propositions qui pourraient imposer des restrictions aux Googlers [les employés de Google] et leurs familles, ou qui pourraient créer des obstacles pour apporter de grands talents aux Etats-Unis. »

 

D’autres poids lourds de la Silicon Valley comme Apple, Netflix et Tesla ont exprimé leur consternation au sujet de ce décret.

 

Alphabet, maison mère de Google, a rappelé d’urgence les membres de son personnel qui se trouvaient à l’étranger et a invité ceux qui pourraient être concernés par le décret à ne pas quitter les Etats-Unis.

 

« Ce n’est pas une politique que nous soutenons », écrit quant à lui Tim Cook, le patron d’Apple, dans une lettre adressée à ses employés. « Nous avons pris contact avec la Maison blanche pour expliquer ses effets néfastes pour nos collaborateurs et notre entreprise », poursuit-il, promettant d’aider les victimes du décret.

 

Selon Brad Smith, président et directeur juridique de Microsoft, 76 employés de la firme viennent des sept pays concernés par le décret. « En tant qu’entreprise, Microsoft croit à une immigration équilibrée et hautement qualifiée (…) Nous croyons à l’importance de protéger les réfugiés reconnus comme tels et respectueux de la loi dont les vies peuvent être menacées par les procédures d’immigration », ajoute-t-il dans un courriel.

 

Quant au fondateur de SpaceX, Elon Musk, qui a récemment semblé cultiver une relation avec Trump, il a tweeté que « beaucoup de gens qui sont affectés par cette politique sont de solides partisans des États-Unis » qui ne « méritent pas d’être rejetés ».

 

Fait étonnant, le réseau social Twitter a aussi réagi, affichant son soutien aux personnes concernées par ce décret : « Twitter est construit par les immigrants de toute religion. Nous serons toujours pour eux et avec eux ».

 

« Ne pas autoriser (les ressortissants) de certains pays ou les réfugiés à venir en Amérique n’est pas correct et nous devons épauler ceux qui sont affectés », a pour sa part déclaré Brian Chesky, cofondateur et directeur général d’Airbnb, qui a promis d’héberger gratuitement les étrangers refoulés.

Sheryl Sandberg attaque Trump sur l’avortement

 

La numéro deux de Facebook, Sheryl Sandberg, a elle aussi critiqué publiquement Donald Trump jeudi, cette fois sur le terrain de l’avortement. Parmi les nombreux décrets signés par le nouveau président dès son entrée en fonctions, l’un interdit le financement d’ONG internationales soutenant l’avortement. Une décision « qui pourrait avoir de terribles conséquences pour les femmes et les familles partout dans le monde », a déploré Mme Sandberg sur Facebook.

La directrice opérationnelle de Facebook avait rencontré M. Trump en novembre, lors de la réunion qu’il avait organisée à la Trump Tower avec plusieurs dirigeants de la Silicon Valley, ce qui avait déclenché un certain nombre de critiques. Contrairement à Mark Zuckerberg, Sheryl Sanberg, par ailleurs fondatrice d’une ONG consacrée aux femmes, avait affiché son soutien dès juin 2016 à Hillary Clinton, mais s’était montrée très discrète à ce sujet depuis.

lemonde.fr

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

*