communales : 120 jours, pomme de discorde entre opposition et mouvance…

communales : 120 jours, pomme de discorde entre opposition et mouvance…

0
PARTAGER
Aboubacar Sylla UFC

La Guinée attend l’organisation des élections communales depuis 2006, date à laquelle les dernières consultations à la base ont eu lieu.

La commission électorale nationale indépendante (CENI) qui a vu, impuissante, son budget de 340 milliards de francs guinéens environs revu à la baisse à seulement 113 milliards par la session de loi des finances rectificative 2017 clôturée mardi 12 septembre au parlement, dit ne pas pouvoir tenir cette date. Elle planche d’ores et déjà sur 2018 puisqu’elle annonce 120 jours, pour organiser les communales à partir de la date de mise à disposition du budget électoral.

Ce qui attise le courroux des opposants dont les critiques ricochent sur la réplique de la mouvance présidentielle.

Ainsi, au sortir mardi d’une réunion du comité de suivi des accords politiques du 12 octobre 2016, présidé par le ministre de l’Administration territoriale, le général Bouréma Condé, les deux camps se sont faits voix.

Aboubacar Sylla, porte-parole de l’opposition républicaine qui exige la tenue du scrutin d’ici à la fin d’année 2017, n’apprécie pas le fait que l’avant-projet du chronogramme fixe un délai de 120 jours à partir d’une date qui reste à déterminer. Il en déduit : ‘’Donc, nous avons estimé que ces 120 jours nous amènent au de-là de l’année 2017. Et cela nous amènera, de toutes les façons, en 2018. Bientôt  une année jour pour jour, depuis la signature de cet accord, on a encore beaucoup de dispositions non appliquées. Il faudrait qu’il y ait beaucoup plus de volonté politique de la part de nos autorités pour nous permettre d’aller de l’avant le plus rapidement possible», a-t-il indiqué à la télévision publique.

Cependant, le parti au pouvoir croit dur comme fer que les opposants manquent de volonté.

Souleymane Traoré DG FER

Pour Souleymane Traoré, qui porte la voix de la mouvance à ces assises, par des manifestations, les opposants voudraient tout simplement des troubles. Selon lui, la volonté politique ne manque pas de la part de la présidence du comité de suivi, de faire avancer les choses. ‘’Il faut opposer cette volonté négative de l’opposition de vouloir tout présenter en mal dans ce pays. Vous avez suivi certainement le porte-parole de l’opposition. C’est très déplorable de la part de l’opposition qui essaie de présenter les choses tout en mal alors que des progrès importants ont été faits…. Nous partons vers des élections communales dans un délai précis, au bout de quatre mois au maximum’’, a-t-il réagi.

Reste à savoir si les opposants qui menacent de reprendre les manifestations de la rue le 20 septembre prochain, passeront à l’acte.

Naby Laye Diallo

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire