En Guinée, ne commetez plus de délits à travers votre téléphone

En Guinée, ne commetez plus de délits à travers votre téléphone

0
PARTAGER

Conakry, Guinée : Vous l’avez bien entendu ! Désormais, en Guinée, il est très facile d’interpeller ceux qui commettent des délits via le téléphone mobile. Un homme, la trentaine révolue, vient de l’apprendre à ses dépens dans la localité minière de Léro, dans la sous-préfecture de Siguirini Dans Siguiri, plus de 800 km de la capitale.

Les 11 et 17 Août 2017, voire les jours suivants, une dame a reçu de la part d’un numéro MTN qu’elle ne connaît pas, des injures grossières, des menaces, des accusations de vol…L’intéressé n’a épargné ni la dignité de cette femme bosseuse, ni sa chère mère. Ce personnage inconnu qui s’est servi des sms, a pris tout son temps, choisit les mots et phrases les plus choquants, pour couvrir la destinataire, la jeune dame.

Inutile de décrire alors l’état d’âme de la pauvre dame, partagé entre sanglots, amertume, peur et colère. En séjour à Conakry, cette victime de l’infamie a alors pris son courage par les deux bras : une plainte est déposée contre X à la Direction générale de Police judiciaire (DPJ).

Sans aucun franc, les agents de la police judiciaire ont commencé les investigations.

La dame victime d’injures, pensant que l’affaire est close, est invitée la veille de la Fête de la Tabaski, à se présenter devant l’Inspecteur du poste de police de la localité de Lero, où elle avait repris service.

Un autre individu, un homme âgé de plus de trente années, marié et résident dans la localité de Lero, a aussi reçu une convocation à se présenter au poste de police.

Hésitant, ce monsieur a d’abord fait venir sa femme, pour que celle-ci comprenne le motif  de sa convocation. C’était alors sans compter sur le professionnalisme de l’Inspecteur de police qui a exigé la présence du citoyen concerné, son mari.

Victime et accusé présents à la police, l’inspecteur qui avait au préalable reçu par mail une correspondance de la DPJ de Conakry, etablissant le délit commis depuis Lero, a commencé les interrogatoires.

En réalité, les flics de la DPJ Conakry, apres leurs recherches, avaient conclu que les SMS truffés d’injures et de menaces, provenaient d’un téléphone double SIM de marque Techno. Le propriétaire réside à Lero d’où étaient écrits et envoyés tous les messages. Le téléphone étant suivi  par le système de géo localisation.

Mieux, La SIM MTN à partir de laquelle les SMS étaient envoyés, n’étant pas enregistrée, la police a su identifier non seulement le téléphone Techno maîs également la seconde carte SIM utilisée Dans ce mobile.

Cest Cette deuxième carte SIM de la compagnie Orange Guinee qui a alors « vendu » son propriétaire.

Interrogé à montrer son téléphone devant les policiers et la victime, Monsieur MMD a obtempéré. Il a reconnu son second numéro de téléphone que la police a trouvé Dans le téléphone traqué mais ne reconnaît pas la carte SIM MTN que le même  appareil utilise, selon les investigations du moins très scientifiques.

Acculé, MMD ne veut rien reconnaître en dépit de la clarté des preuves contre lui. Sa femme menacerait, selon des témoins, de le  quitter si jamais  ces injures grossières contre la dignité d’une femme émanaient bien de lui.

L’accusé continue à nier et reste donc en détention au poste de police de Lero.

Aux dernières nouvelles, pour avoir sa liberté, MMD a reconnu les faits, arguant que son mobile a été utilisé par Un en tierce personne. Maîs lui et sa femme ont envoyé des sages pour demander pardon à la victime.

A la police, il a été soumis à la signature d’un PV Dans lequel il reconnaît les faits mais s’engage à prendre les pots cassés de tout malheur qui arriverait à la dame Dans la zone minière de Lero.

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire