Route Kankan-Kissidougou en Guinee : Un drame passé sous silence

Route Kankan-Kissidougou en Guinee : Un drame passé sous silence

0
PARTAGER

Kissidougou, Guinee : La joie s’est transformée en colère pour les populations qui fréquentent cette Route de 194 kilomètres, reliant deux régions à fort potentiel économique. simplement dramatique.

 

A Kankan, capitale de la région de la Haute-Guinee, personne ne vous encourage à prendre Cette route. L’évoquer d’ailleurs parmi les Kankankas, l’unanimité se dégage : « Cest impraticable « .

Aujourdhui, il y a lieu de noter, apres constat, que Kankan-Kissidougou n’est plus une Route. Tout à foutu le camp et les rares véhicules qui fréquentent ce tronçon vivent le calvaire.

En maints endroits, de Tokounou à Kissidougou, il est facile d’y passer la nuit ou carrément abandonner son véhicule dans la boue.

Pourtant, la société burkinabé des travaux publics, EBOMAF, qui a bénéficié du contrat d’aménagement de cet axe routier, était très optimiste en 2014, apres le lancement de ce projet par le président Alpha Conde.

Les travaux de ce chantier d’envergure devaient s’tendre sur 36 mois, ont été confiés au Groupe Burkinabe, EBOMAF (Entreprise Bonkoungou Mahamadou & Fils) qui évolue dans plusieurs pays de la sous région dans le BTP. Le coût des travaux entièrement financés par le budget national de développement est de 305.824.856.99 euros.

« Manque d’argent  »

« L’axe Kankan-Kissidougou doit présenter toutes les commodités d’une infrastructure moderne reliant aisément la Haute-Guinée à la Basse-Guinée et constituant une voie d’accès idéale au corridor guinéen par les pays de l’hinterland notamment le Mali » dixit la burkinabé des TP sur son site web officiel. Au vu des réalités actuelles de la Route, en 2017, EBOMAF a bâti son château en Espagne.

Dans un entretien accordé à nos confères de Guineenews à Kankan, le représentant de la société Ebomaf en Guinee l’Etat guinéen.

« ils nous disent qu’ils n’ont pas d’argent et que désormais au lieu du bitumage des 195 Km, qu’il faut faire 40 Km en bitume et le reste en terrassement » affirme  le Directeur des travaux d’EBOMAF Kankan, JeanOnibon.

« Quelques temps après, toujours par rapport au même contrat, ils reviennent pour dire qu’ils n’ont pas d’argent et que désormais, il faut faire 20Km de bitume et 40 Km de terrassement. On a toujours accepté sans pour autant perdre de vue que c’est nous qui perdons au regard de l’investissement fait dans le matériel déployé sur le terrain » a-t-il révélé.

En attendant, la Haute-Guinee et la Guinee-Forestiere, deux régions potentiellement économiques, limitent les transactions commerciales.

« Dans la région de Kankan, la défectuosité des routes avait considérablement freiné les activités commerciales  entre la région et les autres régions’’, lançait le gouverneur de Kankan, Nawa Damé. Ce frein se transforme aujourd’hui en drame.

 

 

 

 

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire