Labé : l’impraticabilité des routes fait perdre la vie à des femmes...

Labé : l’impraticabilité des routes fait perdre la vie à des femmes en état de famille

0
PARTAGER
Cette route est à refaire.
Photo : Le courrier Conakry

Les infrastructures routières qui relient la commune urbaine de Mali à certaines sous préfectures sont complètement dégradées surtout en cette saison pluvieuse.

Une situation qui inquiète plus d’un citoyens de cette préfecture relevant de la région administrative de Labé. Ce citoyen du nom de Thierno Amadou Dioulde Diallo que guineetime.com a tendu son micro parle ici les difficultés mais aussi les conséquences liées à cette défectuosité des routes. Il explique : « tout d’abord si nous prenons la route de la sous préfecture de Touba à la commune urbaine en passant par Wora et gaya ,les populations peinent à parcourir cette distance parc qu’elle est complètement dégradée. Entre Madina wora et la commune urbaine de Mali aussi c’est une distance d’environ 40 kilomètres ,mais pour parcourir ce trajet , certains font six heures de temps ou parfois même toute une journée tellement que cette route est impraticable depuis plus de dix ans, elle dans cet état« .

En parlant des conséquences notre interlocuteur affirme qu’au terme de leurs grossesses, « certaines femmes si elles arrivent à avoir des complications et doivent quitter leurs localités pour aller à la commune urbaine au moment de l’accouchement, rencontrent d’énormes difficultés liées à la dégradation de ces routes. Tout récemment, une dame en état de famille avait perdu la vie ainsi que celle de son bébé en route alors qu’elle quittait Wora pour la commune urbaine de Mali. Cela était dû à un retard accusé sur la route parce qu’arrivé à Borgo il y’avait un gros porteur en panne qui bloquait le passage. À part ça, parfois on enregistre des accidents mortels de la circulation. Par exemple en 2007 il y’avait eu beaucoup de cas d’accidents qui s’étaient soldés par plusieurs pertes en vie humaine et des dégâts matériels importants... » conclut notre informateur.

Labé, Aissatou Diallo pour guineetime.com

 

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire