Scandale des 5 milliards : Cellou est-il (encore) une alternative pour 2020…...

Scandale des 5 milliards : Cellou est-il (encore) une alternative pour 2020… (Edito)

0
PARTAGER

La tempête politico-financière qui éclabousse actuellement le principal parti, non ! devais-je écrire  » le principal Haut partenaire » du Chef de l’Etat, Elhadj Mamadou Cellou Dalhein Diallo est loin de passer.

Bien au contraire, chaque jour qui pointe apporte son lot de révélations sur la sulfureuse et controversée affaire de 5 milliards de francs guinéens accordés à l’Institution « Chef de file de l’opposition » au titre de son budget de fonctionnement pour l’exercice 2017.

Si personne ne nie ni ne conteste la régularité du vote à l’unanimité des députés, de la loi portant institution du chef de file de l’opposition, il est par contre des doutes et des interrogations quant à la transparence liée aux conditions et modalités d’octroi des avantages, y compris le budget, qui s’y rattachent.

Mais au-delà du jackpot, le vers est dans le contexte politico-économico-éthique. D’abord, le contexte politique : est-ce décent, élégant, voir cohérent de toucher à une si faramineuse somme d’argent au moment où l’essentiel des points des accords du 12 octobre 2016, n’a pas encore connu un début d’application aux dires de Cellou ? N’est-ce pas la raison pour laquelle, Cellou Dalhein Diallo menace depuis plusieurs semaines déjà de reprendre la rue pour exiger du gouvernement, l’application ne serait-ce que progressive desdits accords. Notamment la question de l’indemnisation des victimes des dernières manifestations politiques.

Ensuite, le contexte économique difficile du pays devrait davantage inspirer le chef de l’opposition à convenir d’un budget un peu plus modeste préalablement débattu de manière démocratique. Le SMIG, pour rappel, est de l’ordre de 440 000 francs guinéens.

Enfin, l’éthique. Sur ce plan, de la morale, le contexte actuel recommande d’éviter de s’associer à une quelconque entreprise de dilapidation des fonds publics. Or, ce dont il s’agit n’est ni plus ni moins qu’une « coopération politique gagnant-gagnant » qui consiste pour l’un (Alpha Condé) à sortir le pognon (beaucoup d’argent) ; et, pour l’autre (Cellou Dalein) à contrôler un peu plus sa langue ou même apaiser sa troupe : « faisons confiance à Alpha Condé »… Et, tout ça, sur le dos du contribuable qui paie en réalité la facture pour un service non rendu. Du gâchis purement et simplement !

Le chef de file de l’opposition, interlocuteur attitré de l’opposition face au pouvoir, aurait été plus crédible et audible s’il avait mis par exemple en avant, la question de l’indemnisation des victimes des dernières manifestations politiques.

Mieux, lorsque l’on se donne pour vocation, la dénonciation de la corruption, de la gabegie, du détournement des biens publics, bref de la malgouvernance économique et financière du pays, le bon sens voudrait que l’on fasse tout dans l’exemplarité. Or, ce n’est vraisemblablement le sentiment d’une frange partie de l’opinion publique guinéenne au sujet actuellement du président de l’UFDG.

Et, dire que certains pensent réellement que Mamadou Cellou Dalein Diallo peut-être considéré comme étant l’alternative au pouvoir d’Alpha Condé en 2020, il y a évidemment matières à débattre…

Ismaël Camara

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

*