Guinée : Le magot à  Cellou Dalein et ça  tourbillonne déjà dans l’opposition !

Guinée : Le magot à  Cellou Dalein et ça  tourbillonne déjà dans l’opposition !

0
PARTAGER
Les Opposants réunis, jadis

Conakry, Guinée : Quelqu’un n’a-t-il pas eu raison de dire que l’argent n’aime pas le bruit. Ou que les billets de banque constituent le nerf de la guerre. Ces assertions semblent bien correspondre à la polémique qui enfle actuellement au sein de la ‘’mercantile’’ classe politique guinéenne.

Au point que ça finisse par prendre logis même dans l’opposition. Tenez-vous bien ! Le chef de file de l’opposition qui n’aura pas encore fini de refaire son gilet pare-balles ayant reçu des tirs de la mouvance présidentielle et ses affidés, se trouve dorénavant criblés de balles venant toutes parts.

Et pour cause, Cellou Dalein Diallo dont l’évocation d’une allocation de budget annuel d’une bagatelle de 5 milliards au titre de chef de file de l’opposition, n’est plus ménagé. Même par les siens, c’est-à-dire ses camardes de l’opposition.

Et c’est en somme l’usage qui sera fait de cette manne qui polarise surtout les débats. Etant donné que l’opposant en chef n’a pas encore de bureau constitué, ni un local pour ce faire, encore moins le personnel qui aura pour tâche de faire fonctionner l’institution qu’est le chef de file de l’opposition.

Lire aussi Lansana Kouyaté, le « véritable opposant »

C’est pourquoi certains se demandent si  ledit montant appartient au chef de file de l’opposition,himself, qui de ce fait en fera l’usage qu’il voudra. Et dans les conditions qu’il voudra ! Pour d’autres, c’est une subvention allouée à la pauvrissime opposition pour son bon fonctionnement.

D’où l’interrogation du porte-parole même de cette opposition en l’occurrence Aboubacar Syalla, député à l’assemblée nationale. Et qui est par ailleurs président de l’Union des forces du changement (UFC). Ce qui nous amène à dire sans risque de nous tromper que la mort annoncée de l’opposition n’est pas loin. Comme l’avait prédit le président Alpha Condé à l’entame de son premier mandat.

Et Lansana Kouyaté, président du PEDN, qui est à l’origine de cette révélation, ne doute guère de la survenue de cette éventualité.

La preuve ?  ‘’Si on donne cette subvention, c’est pour améliorer la qualité de la démocratie afin de faire en sorte que les partis politiques d’opposition puissent se mouvoir et jouer pleinement leur rôle d’animation de la vie politique’’, a ainsi estimé Aboubacar Sylla.

Mieux, si le principal bénéficiaire incarnant la tête de pont de l’opposition entrevoit d’ores et déjà l’ouverture prochaine d’un débat autour de l’utilisation de ce fonds au sein de son parti, -UFDG-, le porte-parole de l’opposition, lui, formule l’espoir que  le débat le sera aussi au niveau de l’opposition. Pour une question de clarification, quoi!

Et ainsi, du point de vue du sieur Sylla, ‘’personne ne dira que l’opposition a implosé parce qu’il y a eu des divergences dans la répartition d’un pactole que l’Etat a mis à sa disposition.’’

 Et s’il existe une loi des finances depuis des années, consacrant le financement des partis politiques, ils sont nombreux à souhaiter ardemment  que cette loi fasse l’objet de débats afin, disent-ils, d’éviter une ‘’discrimination des partis politiques en favorisant un seul pendant que les autres ne disposent pas des mêmes ressources pour fonctionner.’’

S’achemine-t-on donc vers l’implosion de l’opposition? Rien n’est moins sûr! Qui vivra, verra, dit-on.

 

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

*