An 40 -RTG : au-delà des festivités, un nécessaire recul pour...

An 40 -RTG : au-delà des festivités, un nécessaire recul pour sauver ce medium d’Etat !

0
PARTAGER
Une vue de la RTG Koloma

Guinée- Conakry/Le dimanche 14 mai dernier, la Radiodiffusion télévision guinéenne (RTG) a célébré avec faste ses 40 ans d’existence.

Ce média de service public devenu medium au service de l’Etat est, l’on s’en souvient, le fruit de la coopération libyenne ayant commencé à émettre en 1977.

Lors des festivités ayant eu pour cadre l’enceinte de la RTG-Koloma, son directeur général Yamoussa Sidibé s’est félicité des ‘‘progrès’’ réalisés par sa structure depuis qu’il est à la manette.
Pas moins Fodé Tass Sylla, directeur de la télévision nationale qui a estimé que la RTG s’est améliorée.

La preuve, selon Tass Sylla, est que si au début, les correspondants de l’intérieur remettaient des cassettes aux chauffeurs de taxi et que, quand le chef de l’Etat voyageait, il fallait attendre son retour pour commencer à faire le compte rendu, aujourd’hui, dit-il, ‘’c’est à l’instantané qu’on suit le chef de l’Etat à Paris…’’ Donc, de son point de vue, il y a eu une évolution. ‘’Nous n’avons rien à envier aux autres, nous évoluons et nous en sommes fiers’’, se vante-t-il.

Même si nombre des collaborateurs des deux hauts responsables du medium d’Etat ne sont pas du tout d’accord avec eux dans ce sens.

Car, beaucoup en sont à murmurer aujourd’hui que ces festivités contrastent avec une vétusté très poussée des locaux de la RTG-Boulbinet, et son personnel en conséquence continuant de broyer du noir.

Nombre de journalistes, ont, sous le sceau de l’anonymat, plaidé pour des assises ou états généraux de la RTG, au lieu de continuer à festoyer. Afin, disent-ils, de faire face notamment au besoin sans cesse croissant de perfectionnement du personnel qui frise la démotivation.

Mieux, les opposants n’ont pas le libre accès à la radiotélévision nationale, en dehors du bref temps d’antenne qu’on leur accorde pendant les campagnes électorales. D’où la nécessité d’un recul pour sauver ce médium d’Etat qui se meurt à peu feu.

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

*