Boké, ‘’Zone Economique Spéciale’’, ce qu’en pense cet ancien ministre des Mines…

Boké, ‘’Zone Economique Spéciale’’, ce qu’en pense cet ancien ministre des Mines…

0
PARTAGER
Ibrahima Soumah est ancien ministre des Mines

Guinée- Conakry/ Après des mouvements émaillés de violences dans la préfecture  Boké, où des populations disaient tantôt réclamer l’électricité, tantôt protester contre la mort d’un jeune homme par un camion-benne, le gouvernement à travers un décret du président de la République, a érigé la préfecture de Boké en zone économique spéciale.

Au lendemain de la publication de ce décret sur les médias de services publics, guineetime.com a pris langue avec l’ancien ministre des Mines et de la Géologie, Dr Ibrahima Soumah.
Selon lui, Sur le plan administratif, c’est au gouvernement qu’il faut demander sur le sens de « zone économique spéciale’’. ‘’Mais c’est le contenu qui est important. Ce qui est sûr, c’est que Boké déjà est spéciale en soit. Ne serais-ce que la compagnie des bauxites de Guinée (CBG) ; Si en plus de  GAC, Diandian, Rusal. Sans même le dire c’est automatique.
C’est une confirmation de ce qui est pratiquement sur place. Parce que CBG produit chaque année un revenu de l’ordre de plus  de quatre cent millions de dollars. C’est l’une des plus grandes compagnies en Afrique. C’est grâce à CBG que l’Etat Guinéen a 50 millions de dollars de recette chaque année. Et ça, ça dure depuis plus de vingt ans. C’est déjà spécial. Qu’on le dise ou pas. C’est vraiment spécial’’, estime Dr Soumah dans un entretien  mercredi 26 avril avec guineetime. Qui ajoute in fine : « Si en plus ça permet de coordonner davantage le service administratif, tant mieux. Mais sur le plan économique, c’en est déjà’’.

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

*