Mines : Simandou au centre de la guerre entre les magnats Soros...

Mines : Simandou au centre de la guerre entre les magnats Soros et Steinmetz

0
PARTAGER
Une vue du Simandou Sud

Conakry, Guinée : Le mont Simandou est-il au coeur de la guerre entre les richissimes hommes d’affaires Beny Steinmetz et Georges Soros? La réponse est affirmative, en croire la plainte déposée par l’israelien patron de BSGR et le philanthrope Soros.

Selon l’agence Bloomberg,  la plainte déposée vendredi par BSGR auprès de la Cour de district du sud de New-York prétend que Soros a financé un certain nombre de cabinets juridiques, de groupes de transparence, des investisseurs privés et des responsables du gouvernement guinéen pour s’assurer que BSGR perdrait sa concession dans la mine de fer de Simandou, dans le sud de la Guinée, a rapporté Bloomberg.

BSGR a perdu ses droits d’exploitation minière à Simandou en 2014 en raison d’allégations de corruption qui, selon l’entreprise, ont été fondées de toutes pièces par Soros en raison d’une querelle de longue haleine entre les deux milliardaires. Cette dispute aurait été initiée par un conflit commercial en Russie en 1998 et à cause de l’animosité nourrie par Soros à l’égard d’Israël.

«Pour Soros, la réussite de Steinmetz, ainsi que sa promotion active et passionnée de la vie, du commerce et de la culture en Israël sont un anathème », aurait établi BSGR dans la plainte, des propos repris par Bloomberg.

« Soros est également connu pour son animosité depuis longtemps envers l’état d’Israël, » ajoute le communiqué.

Soros a dépensé des millions de dollars à financer des ONG en Israël, la majorité d’entre elles faisant la promotion de la démocratie, du pluralisme et de la protection des droits de la population arabe minoritaire.

Selon Bloomberg, c’est la première fois que BSGR traduit Soros en justice, même si cela fait des années que l’entreprise clame que ce dernier a promu les allégations de corruption qui ont amené la compagnie à perdre ses droits d’exploitation minière à Simandou.

Au mois de décembre, Steinmetz avait été arrêté en Israël en raison de soupçons de blanchiment d’argent et de pots-de-vins en relation avec Simandou, suite à une large enquête menée conjointement par des agences américaines, suisses, guinéennes et israéliennes en coordination avec l’OCDE.

Steinmetz qui, selon la police israélienne, avait été accusé d’avoir versé des millions de dollars de pots-de-vins à la république de Guinée en échange de l’avancée de ses intérêts commerciaux dans le pays, avait vu son assignation à résidence levée au mois de janvier.

Le dossier en Israël contre Steinmetz est centré autour de l’achat par BSGR de Simandou, dont les coûts d’exploitation se seraient élevés à 165 millions de dollars. La société a revendu la moitié du site plusieurs années plus tard pour la somme de 2,5 milliards de dollars.

Selon les allégations, BSGR avait remporté la concession de la mine de Simandou, riche en minerai, qui avait été ôtée à la compagnie minière Rio Tinto, après que Steinmetz a cultivé une relation étroite avec le président guinéen d’alors, Lansana Conté, décédé en 2008.

Mamadie Toure en 2006. (Crédit : capture d'écran)

Mamadie Toure en 2006. (Crédit : capture d’écran)

L’une des épouses de Conté, Mamadie Touré, avait coopéré à une enquête lancée par le FBI sur des allégations de pots-de-vin qui auraient été versés à Conté par son entremise. En 2014, l’ancien conseiller de BSGR Frederic Cilins a été condamné à deux ans d’emprisonnement aux Etats-Unis pour avoir tenté de convaincre Touré de détruire des preuves.

BSGR a nié être impliqué dans une affaire de corruption de fonctionnaire étranger ou dans un éventuel blanchiment d’argent.

Dans la plainte déposée vendredi, BSGR prétend que la décision prise par le gouvernement guinéen de révoquer son autorisation à Simandou s’est basée sur de fausses informations et que Touré a reçu 50 000 dollars de la part d’un conseiller du président guinéen Alpha Condé et 80 000 dollars supplémentaires de la part d’un « agent ou affilié de Soros », selon Bloomberg.

La compagnie a indiqué que sa plainte se base sur un courriel provenant de l’un des principaux cadres de Soros concernant les liens entre la Guinée et BSGR au sujet du contrat minier, ainsi que sur des informations transmises par des témoins attestant que Soros a personnellement agi en faveur de la perte des droits d’exploitation de l’entreprise.

«Le pouvoir financier de Soros lui a permis d’influencer les processus gouvernementaux en Guinée, ce dont il a lourdement abusé », établirait, selon Bloomberg, BSGR dans sa plainte.

Soros n’était « seulement motivé que par sa méchanceté dans la mesure où il n’avait aucun intérêt économique en Guinée », ajoute l’entreprise.

Times of Israel

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

*