Guinée : Cette petite pique de Marc Yombouno à son collègue de...

Guinée : Cette petite pique de Marc Yombouno à son collègue de la pêche…

0
PARTAGER
Marc Yombouno, ministre Commerce

Lors de son passage devant les journalistes ce vendredi 07 avril en marge de la retraite gouvernementale prévue du 07 au 08 avril, le ministre du commerce Marc Yombouno a évoqué le bilan de son département.

Il a indiqué que son département a réalisé quatre-vingt-dix pour cent de ses objectifs de l’année qui vient de s’écouler : « Nous avons pu réaliser des actions phares. Il s’agit notamment du renforcement des capacités des cadres, dans le cadre de l’application des principes de l’organisation mondiale du commerce (OMC). Au niveau de la Cedao, le principe d’intégration est entré en vigueur. S’agissant du contrôle de qualité, nous avons pu enlever du marché, plus de quatre mille produits périmés ou contrefaits’’, s’est félicité le ministre Yombouno lors du point de presse tenu parallèlement aux travaux du séminaire gouvernemental, qui fait défiler les ministres du gouvernement Youla.

L’autre objectif atteint – du reste selon M. Yombouno – par le département en charge du commerce se situe au niveau de la production et de la commercialisation des mangues. Si fait que, selon le ministre de tutelle l’exportation des premières tonnes de manque sous le label Guinée est en perspective.

Au chapitre des difficultés, M. Yombouno estime qu’elles se situent au niveau des ressources financières qui « ne sont pas en adéquation avec les objectifs que se fixe son département. »
« L’objectif et le budget sont inadéquats. L’acceptation des réformes a été difficile. Nous avons mis l’accent sur l’acceptation de la qualité des produits. Il ne s’agit pas seulement de produire, il faut qu’il y ait de la qualité.

Grace aux réformes et autres corrections apportées, on est n’est pas arrivé à la ligne rouge, comme ça été le cas au niveau de la pêche », explique-t-il. Cette petite va-t-elle passer inaperçue? Attendons le passage devant la presse du ministre de la Pêche André Loua.

Quant à savoir si la décision de suspendre l’exportation de l’anacarde par voie terrestre n’a pas eu d’impacte sur le commerce, le ministre Marc Yombouno répondra que cette décision consistait à faire en sorte qu’on « ait une liquidité dans nos banques pour supporter la monnaie nationale ».

D’ailleurs, il se félicite du fait que l’application de cette décision ait permis de partir en termes bilan, de 15 mille à 35 mille tonnes d’anacarde récoltées en fin de l’année dernière.

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

*