Guinée : Quand un accord avec le Maroc compromet une unité industrielle...

Guinée : Quand un accord avec le Maroc compromet une unité industrielle et des emplois…

0
PARTAGER
La signature de l'accord avec le MAroc
Photo : Gouvernement

Conakry, Guinée : La matérialisation d’un accord signé entre la République de Guinée et le Royaume du Maroc, lors de la récente  visite officielle du roi Mohamed VI à Conakry, en ce qui concerne le volet du don en engrais, compromet une unité industrielle installée à Dubréka et qui compte des employés.

Dans la série d’accords de coopération entre guinéens et marocains en février dernier, il y en a un qui paraphé par l’Office Chérifien des phosphates (OCP) et le gouvernement guinéen,   porte sur la fourniture de 100.000 tonnes d’engrais.

« Cette importante quantité d’engrais est destinée à la saison agricole de cette année. Et devra permettre à la Guinée d’être le premier pays africain à atteindre les objectifs de la déclaration d’Abuja sur les engrais en faveur d’une révolution verte africaine », selon Mostafa Terrab, PDG du groupe OCP.

Il y a juste quelques jours, précisément le vendredi 31 mars dernier, le Maroc a procédé à la livraison de 25.000 tonnes d’engrais d’engrais déjà, sur les 100 000 tonnes prévues. Une quantité de 20.000 tonnes est un don et le reste, les 80 000 tonnes, seront vendues aux paysans guinéens à un prix raisonnable qui, aux yeux des marocains, permettra de « réduire et probablement d’éliminer les subventions gouvernementales consacrées aux engrais ».

« Capacité de production de 400.000 tonnes »

La Guinée, selon la ministre de l’Agriculture, à la réception de ces premières tonnes d’engrais, tourne annuellement entre 20.000 et 25.000 tonnes pour toutes filières confondues.

Seulement voila que le même gouvernement auquel appartient dame Sultan, a facilité la venue et l’installation sur le sol guinéen d’une unité industrielle appelée TOGUNA Guinée. Filiale de la malienne TOGUNA, cette unité de production d’engrais avait prévu 400.000 tonnes d’engrais par an. Le coût global du projet étant fixé aux alentours de 4 millions usd !

Les quantités offertes par le royaume chérifien, ajoutées à celles de Toguna Guinée, dépasseront largement le besoin local des paysans guinéens. En concurrence ouverte avec l’offre marocaine qui sera vendue moins chère, Toguna Guinée risque de mordre la poussière et sa cinquantaine d’employés aussi.

Les responsables de Toguna Guinée contactés par Guineetime ce 6 avril, font dans la langue de bois.

Le jour de l’inuaguration de cette usine, le boss de Toguna,Seydou Nantoumé, disait que  l’ambition de Toguna Agro-Industrie, à travers cette nouvelle usine, est de « participer activement à l’ambitieux combat d’éradication de la pauvreté, par le passage d’une agriculture de subsistance à une agro-industrie, en tirant le maximum des potentialités agricoles. »

Un objectif compromis de nos jours par cet accord de coopération encouragé par le chef de l’Etat guinéen. Pr Alpha Condé lui-même n’avait-il dit pas à Toguna :  «Grâce à  cette usine, le plus petit paysan de la Guinée-Conakry peut s’approvisionner en engrais de qualité, sans avoir à subir les caprices des importateurs ». Fin de citation.

 

 

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

*