TRIBUNE : De l’Union Africaine et son hémiplégie financière (Par Mohamed Kouyaté)

TRIBUNE : De l’Union Africaine et son hémiplégie financière (Par Mohamed Kouyaté)

0
PARTAGER

 

Kouyaté Mohamed est Sociologue résident à Paris

Par Mohamed Kouyaté– Comment comprendre que le Pr Alpha Condé qui a du mal à redorer notre économie soit capable de gérer une institution qui quémande son budget auprès de sa principale rivale, l’Union Européenne ?

 

Depuis la création de cette institution sur les cendres de l’OUA, seulement 40 % de son budget sont en effet assurés par les pays africains.

Il n’y a que 5 Etats qui sont de gros contributeurs: L’Afrique du Sud, l’Algérie, l’Egypte, la Libye et le Nigeria (Le Monde, 27/01/2017). Et une très grande partie de ce budget provenait directement de la Libye sous la magistère de Mouammar Kadhafi (Kadhafi a été tué sous le silence coupable de l’UA). Après la Libye suivaient l’Afrique du Sud, le Nigéria, l’Algérie et l’Egypte.

Aujourd’hui l’Algérie traverse une instabilité politico-économique qui l’oblige à réduire son effort financier. Quant à l’Egypte, elle est suspendue des instances de l’UA depuis 2014. Conséquence, l’Union Européenne est sollicitée. Quid de l’objectif principal de l’UA ? -défendre la souveraineté de l’Afrique, l’intégrité territoriale et l’indépendance de ses États membres; promouvoir et défendre les positions africaines communes sur les questions d’intérêt pour le continent et ses peuples ; créer les conditions appropriées permettant au continent de jouer le rôle qui est le sien dans l’économie mondiale et dans les négociations internationales;  …

 

Pourtant, l’on nous bassine en longueur de journée de la souveraineté de l’Afrique. Quelle duplicité ! Sinon, comment comprendre que «Le budget de fonctionnement de l’UA soit approuvé et assuré à 100 % par les États membres, mais que dans la réalité ceux-ci ne versent pas les sommes sur lesquelles ils se sont engagés  ?», (Gary Quince, représentant spécial de l’UE auprès de l’UA.)

Pis, « le budget est établi sans relation avec l’argent disponible. L’année dernière, par exemple, l’UA n’a mis en œuvre que la moitié du budget parce que l’argent n’était pas là ». Un problème de fonds sur lequel les chefs d’État africains ne semblent pas prêts de se pencher.(L’Humanité,27/01/2017)

Les chefs d’Etat africains à Lomé . Crédit photo : lebanco.net

 

Et c’est dans cette hémiplégie financière que le Président Alpha Condé va prendre la Présidence de ce géant aux pieds d’argile. Diable ! Avions-nous besoin de cet autre engagement de notre PRAC quand on sait que notre pays ne paie pratiquement pas sa contribution depuis quelques années conséquence de la frilosité de notre économie nationale?  Une croissance du PIB à 0,1% en 2015 (Banque mondiale).

Comment comprendre que le Pr Alpha Condé qui a du mal à redorer notre économie soit capable de gérer une institution qui quémande son budget auprès de sa principale rivale, l’Union Européenne ?

Il aurait été mieux que le Président Alpha Condé se concentra sur notre pays au lieu de disperser ses efforts. Mais bon, la camarilla aura encore eu raison de lui. Ira-t-il puiser dans nos maigres réserves de la banque centrale pour financer quelques projets de l’UA ? L’avenir nous en dira davantage !

La Guinée en nous éternellement !

Mohamed KOUYATE, Paris

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE

Laisser un commentaire