George Michael, icône pop tourmentée, est mort

George Michael, icône pop tourmentée, est mort

0
PARTAGER

Le chanteur britannique s’est éteint dimanche dans sa maison à l’ouest de Londres, à l’âge de 53 ans. Ancien du duo Wham!, il avait connu une fulgurante carrière en solo.

 
Il avait connu l’un de ses premiers succès, au sein du duo Wham!, avec un single intitulé Last Christmas (1984). Devenu, dans la seconde moitié des années 1980, une des plus grandes stars mondiales de la pop, le chanteur-auteur-compositeur britannique George Michael est mort le jour de Noël 2016, dans sa maison de Goring, dans l’Oxfordshire, à l’âge de 53 ans.

Né Georgios Kyriacos Panayiotou à East Finchley, dans le nord de Londres, d’un père (restaurateur) chypriote et d’une mère (danseuse) britannique, le jeune homme se rebaptise George Michael quand il fonde ses premiers groupes avec un camarade de lycée, Andrew Ridgeley. Les garçons s’essaient d’abord au ska, avec The Executive, avant de former, en 1981, un duo du nom de Wham!, exploitant une veine disco-pop mâtinée d’influences soul façon Motown.
Dans une Grande-Bretagne, marquée par la noirceur post-punk, Wham! symbolise une jeunesse cherchant à s’échapper dans des danses plus colorées. Rapidement, le tandem devient l’un des groupes les plus populaires du pays grâce à des titres écrits principalement par George Michael, comme Young Guns (Go for It !) en 1982, Wham Rap ! (Enjoy What You Do) et Club Tropicana, en 1983, avant de conquérir la planète avec le pimpant Wake Me up Before You Go-Go, en 1984. Incarnation du groupe pour midinettes, le duo ne prend pas moins des positions publiques très anti-Thatcher.

Vocaliste à la puissance caressante, Michael commence sa carrière solo avant même la fin de Wham!, quand il publie – sous son nom en 1984 –, une ballade, Careless Whisper, dont le saxophone langoureusement plaintif séduira les charts du monde entier.

Prince comme influence majeure

Après un dernier gros tube, Everything She Wants, et un troisième album, Music from the Edge of Heaven, le duo se sépare en 1986, laissant la place aux velléités moins «teenage » d’un George Michael de plus en plus attiré par la soul, le funk, et un R’n’B révolutionné par les syncopes de Prince. Ce dernier sera d’ailleurs l’influence majeure d’un premier album, Faith (1987), porté par des succès (Father Figure, Faith, Kissing a Fool) démontrant les compétences variées du chanteur et sa volonté de mettre en scène son sex-appeal (le très suggestif I Want Your Sex).

Vendu à ce jour à près de 25 millions d’exemplaires, ce premier album n’empêche pas le Britannique d’être mal à l’aise avec son statut de star et son image d’homme à femmes. En 1990, il tente de modifier cette perception avec un deuxième album, Listen without Prejudice, vol. 1, cherchant à l’imposer comme musicien plus adulte, plus introspectif, mais aussi plus engagé (Praying for Time). Dans la foulée, l’artiste refuse de répondre aux interviews et d’apparaître dans ses clips (dans celui de Freedom !’90, il envoie à sa place les plus célèbres mannequins de l’époque : Naomi Campbell, Linda Evangelista, Christy Turlington, Cindy Crawford…

lire la suite sur lemonde.fr

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

*