Journée des Drroits de l’Homme : Déclaration du ministre de l’Unité et...

Journée des Drroits de l’Homme : Déclaration du ministre de l’Unité et de la Citoyenneté

0
PARTAGER
La thématique de cette année «défendez les droits de quelqu’un aujourd’hui » interpelle chacun d’entre nous
La thématique de cette année «défendez les droits de quelqu’un aujourd’hui » interpelle chacun d’entre nous

Conakry, Guinée- « La thématique de cette année   «défendez les droits de quelqu’un aujourd’hui » interpelle chacun d’entre nous à prendre position pour l’autre comme altérité, comme image de soi et défendre les droits  des personnes touchées par un handicap, les femmes victimes de violences de tout genre, des enfants victimes de maltraitance ou de toute autre personne susceptible de souffrir de discrimination(de violations de ses droits et libertés)notamment d’injustice de tous genres et d’arbitraire ».

Déclaration du Ministre de l’Unité et de la Citoyenneté à l’occasion de la journée internationale des Droits de l’Homme du 10 décembre 2016.

Chers compatriotes ,

Le 10 décembre de chaque année l’humanité célèbre la journée internationale des droits de l’homme en commémoration de l’adoption par les Nations Unies  de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme le 10 décembres 1948.

La thématique de cette année   «défendez les droits de quelqu’un aujourd’hui » interpelle chacun d’entre nous à prendre position pour l’autre comme altérité, comme image de soi et défendre les droits  des personnes touchées par un handicap, les femmes victimes de violences de tout genre, des enfants victimes de maltraitance ou de toute autre personne susceptible de souffrir de discrimination(de violations de ses droits et libertés)notamment d’injustice de tous genres et d’arbitraire.

Chers compatriotes ,

L’année 2016 a été proclamée par l’Union Africaine comme l’année des Droits de l’Homme avec un accent particulier sur les droits de la femme.

C’est ici l’occasion de rappeler à l’Etat son devoir impératif de protéger les femmes des violences et discriminations auxquelles elles font quotidiennement face, d’interpeller la conscience de l’ensemble de la société guinéenne sur les violences et les injustices auxquelles sont confrontées les femmes.

C’est le lieu de rappeler le cas particulièrement odieux, insupportable des viols des jeunes filles( parfois des enfants) dans notre pays. Cette situation qui n’honore pas la Guinée doit mobiliser l’ensemble du corps social guinéen( dans les familles, les lieux de culte) particulièrement, il revient à la justice dans toute sa chaine  pénale  de faire preuve de réactivité, de vigueur, d’efficacité et de sévérité pour rendre justice à toutes ces victimes

Notre pays est partie à l’ensemble des conventions internationales relatives aux droits humains. L’Etat et les organisations de la société civile œuvrent inlassablement  en vue d’améliorer la situation  des droits de l’homme en Guinée. Des progrès sont certes enregistrés, mais il y a encore beaucoup, beaucoup de travail à faire, des efforts considérables à déployer sur le terrain, en matière du respect concret des droits des citoyens.

 Nous devons tous poser des actes concrets, qui reflètent notre humanité à tous.

Nous devons défendre les valeurs qui constituent le fondement de la paix, de la justice et de la dignité humaine.

Les défis pour notre pays en la matière restent considérables en premier lieu pour l’Etat et pour chacun d’entre nous.

Nous n’avons pas à rester impuissants et immobiles pendant que des destructeurs alimentent les hostilités ,les haines, les injustices, les violences et nuisent aux relations entre les citoyens et les acteurs socio-politiques.

 Où que nous soyons, nous pourrons toujours contribuer à améliorer les choses. Que ce soit dans la rue, dans les familles, à l’école, au travail, dans les transports en commun, sur les réseaux sociaux, et dans tous les lieux de vie.

Partout où il y adiscriminations, injustices et violences nous pouvons, nous devons intervenir pour préserver le droit d’une personne de vivre à l’abri de l’illégalité de l’injustice, des violenceset des mauvais traitements.

 Nous pouvons élever la voix pour sauvegarder les bonnes valeurs de justice et de dignité d’égalité et de liberté.

 Nous pouvons, nous devons  nous joindre à d’autres pour militer pour une meilleure législation et action respectueuse des Droits de l’ Homme et un plus grand respect de la dignité humaine et pour la justice gage certain de paix et de stabilité.

Chers compatriotes ,

L’année 2016 a permis à mon département de parachever le processus des consultations nationales dans le cadre des états généraux des Droits de l’homme sur l’ensemble du territoire national.

Il est prévu un forum national qui regroupera tous les acteurs nationaux et les partenaires techniques et financiers intervenant dans la promotion et la protection des droits humains.

L’organisation de ce forum permettra à notre pays de se doter d’une Lettre de Politique Nationale de Promotion et de Protection des Droits Humains.

Parallèlement à ce processus, mon département a  initié et institutionnalisé au nom du gouvernement une Semaine nationale de la Citoyenneté et de la Paix dont le thème de la première édition a porté sur «  citoyenneté et civisme pour la paix, la démocratie et le développement » cette année.

L’organisation de cette première édition à Conakry,  dans les 33 préfectures et dans les Ambassades a  permis à  notre nation de mesurer l’enjeu et les défis de la citoyenneté et du civisme pour la construction d’une société démocratique, juste, libre et paisible.

Pour relever ce défi,  marqué par la prise de conscience par nos populations de cette problématique, le département entend s’inscrire dans cette dynamique de promotion des valeurs de paix, de  solidarité, de tolérance, des droits et libertés de la personne humaine et du vivre ensemble.

Au cours de cette semaine, les populations guinéennes sans aucune distinction et de façon remarquable ont démontré librement et sincèrement leur engagement et leur disponibilité à pratiquer et à promouvoir la culture de la citoyenneté, du civisme et de la paix.

Cette dynamique enclenchée doit être  poursuivie et consolidée  afin de faire de chaque guinéen un citoyen responsable jouissant pleinement de ses Droits et Libertés et assumant totalement ses devoirs et obligations tout en demeurant épris de paix et imprégné de culture démocratique.

Chers compatriotes !

C’est le lieu pour moi de remercier tous les acteurs étatiques et non étatiques qui ont œuvré à la réussite de cette première édition.

Je profite également de l’occasion,  pour remercier les partenaires techniques et financiers qui soutiennent les efforts du gouvernement et les organisations de la société civile pour la promotion et la défense des droits humains en Guinée.

Les défis sont considérables

La responsabilité doit rester de mise de la part de tous en premier lieu de l’ Etat.

On ne le dira jamais assez, la légitimité,la crédibilité et l’autorité durables de l’Etat et de ses administrations passent et passeront nécessairement et inéluctablement par le respect des principes de l’Etat de droit, la lutte contre les injustices, la lutte contre l’impunité et la promotion, la protection des Droits Humains.

Aussi la responsabilisation des citoyens à travers des comportements civiques quotidiens est un facteur inéluctable du développement démocratique.

Vive la Guinée,

Vive les Droits de l’Homme,

Vive la Démocratie

Vive la Paix

Le Ministre de l’Unité Nationale et de la Citoyenneté

 

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

*