Viol à Labé : deux gendarmes au gnouf

Viol à Labé : deux gendarmes au gnouf

11
PARTAGER
Le Haut commandant de la Gendarmerie Nationale
Le Haut commandant de la Gendarmerie Nationale

C’est d’abord le haut commandement de la gendarmerie qui, visiblement remonté, à instruit d’arrêter les gendarmes concernés à savoir Pépé et Commandant Sanoh qui en ce moment méditent sur leur forfait au camp Elhadj Oumar Tall de Labé.

L’affaire de viol à répétition sur une mineure du quartier Daka de Labé par son oncle maternel et deux agents de l’escadron a pris une tournure très sérieuse depuis que les médias locaux ont relayé l’information.

C’est d’abord le haut commandement de la gendarmerie qui, visiblement remonté, à instruit d’arrêter les gendarmes concernés à savoir Pépé et Commandant Sanoh qui en ce moment méditent sur leur forfait au camp Elhadj Oumar Tall de Labé.

Les responsables de l’escadron peu soucieux du sort de la fillette ont tenté de sauver les leurs en transmettant des informations erronées à la haute hiérarchie. Pour eux, il est question d’une femme et non d’une fille et c’est une folle. ont-ils soutenu. Mais les médias locaux ont les sons des témoins et les photos de la victime et l’on fait comprendre à des agents du CIP( centre d’information de proximité )centre qui s’emploie dans l’éducation civique des citoyens qui eux-mêmes étaient saisis par des organismes comme le PNUD.

Autre interpellée hier la grand-mère de la victime qui aurait payé 500000 francs guinéens pour que son fils sorte de prison après l’ignoble forfait qu’il a commis. Mais depuis hier dans l’après-midi, elle se retrouve libre et clame partout que sa petite fille n’a subi aucun viol ni de la part de son fils, ni de la part des gendarmes.

Cette femme a même fait une crise matin quand des journalistes ont brandi certaines preuves des abus que sa petite fille a subi.

En ce moment, les officiers de l’escadron mobile N ° 8 tentent de faire avaler à l’opinion et à leur hiérarchie qu’il s’agit d’une accusation fortuite ou même d’une orchestration.

Il faut noter qu’autre partie qui observait un silence coupable jusqu’à publication des faits dans la presse c’est la Direction préfectorale chargée de la petite enfance. elle était saisie des faits mais pour des raisons obscures est muette comme une carpe.

Elle aussi a tenté par le biais de la personne chargée du volet Bailo Soumano de menacer la presse qui ne devait piper mot à son avis. Mais devant la rapide tournure des choses, la demoiselle a changé de veste et semble jouer dans le bon camp désormais. Affaire à suivre

Facebook Comments

11 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

*